Notre Amie Simone Cohen-Léon nous a quittés

Cher(e)s Ami(e)s de L’AIPB, Cher(e)s Collègues,

François Berton nous a informés ce jeudi du décès de Simone Cohèn-Léon.

Simone a été membre de l’AIPB pendant quelques années mais elle a surtout, de par l’amitié qui la liait à Anne Caïn, beaucoup fait avec Michel Sapir pour que le psychodrame Balint soit reconnu.

Ces moments de grande tristesse sont l’occasion de la reviviscence de tant de moments partagés avec Simone, avec Michel Sapir aussi, et ceci depuis près de 30 ans.

Dans nos rencontres régulières lors des Journées que Michel Sapir organisait à Paris, lors des Journées d’Annecy où Simone par sa présence généreuse, sereine et bienveillante, sa richesse de réflexion clinique assurait la persistance d’une fidélité à l’esprit du travail Balint et aux apports de Michel Sapir.

Notre lien d’amitié m’a aussi permis d’apprécier toute son attention généreuse â l’autre en dehors de nos rencontres autour du Balint, toute l’étendue de sa culture, son appétit de découvertes, de voyages. Elle savait aussi partager les souvenirs qui la rattachait à la Suisse où elle avait trouvé refuge pendant la guerre.

Malgré sa santé défaillante elle restait active à la préparation d’un prochain séminaire. Nous avons eu l’occasion il y a deux semaines d’échanger avec elle. Elle était certes très fatiguée mais souriante et très présente dans ses échanges avec nous.

Simone aimait passionnément son travail qui lui manquait beaucoup et qui a enrichi beaucoup d’entre nous.

Elle nous manquera beaucoup.

Avec toutes mes pensées émues à celles et ceux qui l’ont connue

Jean-Pierre Bachmann
à Genève le 02/10/2020